Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le Spitzkoppe au lever du jour

Depuis Usakos, empruntez la route qui mène à Swakopmund, puis tournez à droite sur la piste D1918, puis la D3716. Après quelques kilomètres de route, non loin du Brandberg, le point culminant de Namibie, vous apercevrez la silhouette étonnante du Spitzkoppe…

Du granite sculpté par l’érosion

Haut de 1720 mètres, le Spitzkoppe présente de jolies formes arrondies, visibles à plusieurs kilomètres de distance. En effet, ce sommet est en réalité une ancienne poche de magma granitique longtemps enfouie dans les roches tendres du Damaraland. Si vous étiez venu là il y a 500 millions d’années (!), vous vous seriez trouvé à quelque 1 000 mètres au-dessus du niveau actuel du sol. Mais depuis lors, l’érosion (le vent, qui balaie le sable du désert ; la température, qui grimpe et descend rapidement) a peu à peu creusé le sol et dégagé la roche la plus dure : les rondeurs du Spitzkoppe, qui dominent maintenant une vaste plaine caillouteuse.

Et l’érosion poursuit aujourd’hui son travail : le granite se fend, s’effeuille, se creuse, tant et si bien que le Spitzkoppe dessine de nouvelles formes de pierre, notamment une arche de pierre bien souvent photographiée par les visiteurs.

L'arche de pierre du Spitzkoppe

De pied en cap ?

Vous pouvez admirer le sommet et ses formes étonnantes à distance, à n’importe quel moment de la journée. En fonction de votre poste d’observation et de la luminosité, il offre des profils différents. Plusieurs emplacements de bivouac ont été délimités au pied du Spitzkoppe, si bien qu’il est possible de le découvrir au lever du jour, ce que je vous recommande si vous appréciez les belles couleurs… et si vous ne craignez ni le calme, ni les petits animaux, rampants ou volants.

Les plus courageux ne se contentent pas d’un point de vue extérieur : ils tentent l’ascension. Certes, le Spitzkoppe ne culmine qu’à 1720 mètres, mais une telle expédition est à réserver aux amateurs chevronnés, car il faut parfois réussir à passer des bandes de granite particulièrement lisses. Ce qui a été réussi pour la première fois en 1946 ! En ferez-vous autant ? Pour ma part, je suis restée au pied !

Marie TSOUNGUI
219 contributions
Mis à jour le 12 février 2016