Covid-19 - Où voyager ?Découvrir
Destinations
Top destinations au Moyen-Orient
Autres destinations au Moyen-Orient
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Ces instants de voyage dont on se souvient longtemps

Par Evaneos, le

Inattendus, sublimes et émouvants, ils ont tout cela en commun, ces instants de voyage que l’on ne saurait oublier. De l’Irlande au Kirghizistan en passant par la Namibie ou la Jordanie, suivez les pas des voyageurs passionnés de notre équipe et découvrez leurs meilleurs souvenirs.
Ces instants de voyage dont on se souvient longtempsCes instants de voyage dont on se souvient longtempsCes instants de voyage dont on se souvient longtempsCes instants de voyage dont on se souvient longtemps

Delphine, Julien, Emilie, Lucas…. ils ont chacun enchaîné les découvertes et les kilomètres. Pourtant, ils se souviennent tous d’un de ces moments précieux qui a fait basculer leur voyage. Ils vous les partagent en espérant que ces souvenirs vont feront voyager depuis chez vous.

Dormir à la belle étoile dans le désert du Damaraland

Souvenir de Delphine, responsable éditoriale chez Evaneos, toujours soit en vadrouille soit dans une salle d'escalade.

Vivant en Namibie depuis une vingtaine d'années, notre agente locale Ingrid connaît le désert du Damaraland dans ses moindres grains de sable. À chaque arrêt, son lot d'anecdotes, remplies d'animaux sauvages, de petites aventures et d'amour inconditionnel des grands espaces.

Après une chaude journée à traverser ces paysages rocheux et à suivre les traces laissées à la surface du sable doré, nous sommes arrivés sur notre campement en même temps que la fraîcheur du début de soirée. Pas de barrières, ni de grillages, seulement quelques tentes au creux des falaises rocheuses et la consigne de pas garder de nourriture avec nous pour éviter les visites nocturnes. La nuit tomba sur les crépitements du feu.

Soudain, l'appel rauque se fit entendre dans toute la vallée. Celui d'un lion du désert, au loin, peut-être dénonçant notre présence. Après quelques minutes, le grondement fît place à nouveau au calme de la nuit. Il fut temps d'aller se coucher sous la moustiquaire fine et vaporeuse, laissant apercevoir à loisir le manteau étoilé de la nuit. Le souvenir de ce calme et de cette beauté me restera pour toujours en mémoire.

Échouage volontaire à Nosy Iranja

Souvenir de Julien, directeur photo, insatiable photographe et passionné de gastronomie japonaise.

Nosy Iranja, c'est le nom de deux îles reliées entre elles à marée basse par une fine bande de sable, à environ deux heures de bateau au large de Nosy Be. Il est possible d’y aller pour la journée profiter des plages à perte de vue et repartir dans l’après-midi. Mais pour vraiment en ressentir la magie, notre agence locale nous a conseillé d'y passer au moins une nuit. Et quelle bonne idée : vers 15h, lorsque les autres voyageurs ont déserté les lieux, nous avons l'eau turquoise, le sable blanc éblouissant et les palmiers majestueux juste pour nous.

Après avoir eu l’immense privilège de nager avec d’énormes tortues marines et de grandes familles de dauphins, les quelques chanceux passant la nuit sur l’île se sont ensuite réunis autour d’une table, les pieds dans le sable pour savourer la prise du jour préparée par les pêcheurs locaux. Puis l'heure est venue de rejoindre sa hutte et de s’endormir bercé par le son des vagues de l’océan indien. Des moments qui resteront comme le point d’orgue de ce voyage à Madagascar et vers lesquels je me tourne pour trouver de la sérénité.

Sacrée balade irlandaise

Souvenir de Chloé, responsable éditoriale, randonneuse mordue de musique électro.

Nous voici tous les 4, mon mari, nos deux ados et moi, au pied du mont Brandon, parés pour une balade de 17 km qui va nous mener au sommet de cette montagne qui domine de ses 950 mètres d'altitude la péninsule de Dingle. Florian, l'agent locale avec qui nous avons échangé pour organiser notre voyage en Irlande, nous a chaudement recommandé cet itinéraire pour la vue splendide qu'on a du sommet.

Nous nous lançons donc à l'assaut du mont, en suivant la piste du pèlerinage qui rend hommage à Saint Brandon, un saint navigateur qui aurait vu les côtes américaines du haut du mont. Sur le chemin escarpé, pèlerins et randonneurs se croisent et se rassemblent aux pieds des 12 croix blanches qui jalonnent l'itinéraire, pour se reposer et écouter les chants des pèlerins. Quelle ambiance !

A la 10ème croix, le ciel se couvre et le vent se lève. Au sommet, c'est la tempête, le thermomètre indique 7°C et on n'y voit pas à 2 mètres ! Tant pis pour la vue, on ne s'attarde pas, il fait trop froid. On longe la crête avec prudence. Il paraît que la falaise tombe à pic de ce côté mais on ne voit toujours rien.

Puis, d'un coup, alors que nous avions perdu tout espoir quant au fabuleux panorama promis, les nuages se déchirent. L'océan immense apparaît, scintillant sous le soleil. C'est magique. Une récompense tellement inattendue qu'on reste tous les 4 hypnotisés par la beauté du paysage. Une très belle surprise qui nous récompense des efforts accomplis et vient clore façon “happy end” une journée comme on les aime, forte en émotions et dont on se souviendra longtemps.

Parler à l'oreille des éléphants en famille

Souvenir d’Emilie, directrice marketing, data lover et maman voyageuse.

En novembre dernier, nous avons réalisé notre premier grand voyage en famille avec nos filles de 4 et 6 ans. En route pour la Thaïlande ! Ce qui m’a plu avec cette destination, c’est qu’elle est adaptée aux découvertes avec de jeunes enfants en toute sécurité. Sur les conseils de notre agente local, le 5ème jour, nous voilà partis en direction des hauteurs de Chiang Rai pour découvrir une réserve d'éléphants. Grâce aux conseils de l’agence locale, nous savions que nous visitions un sanctuaire qui respecte ces animaux malheureusement trop souvent exploités. En cette période moins touristique, nous avons eu la chance d'être en tête à tête avec les pachydermes pendant toute la journée. 

Nos filles ont appris à les approcher d'abord dans le grand parc. Nous sommes ensuite allés nous baigner avec eux, les avons massés puis avons appris à préparer leurs mets préférés. En fin de journée, nous n'avions "même plus peur" de les nourrir directement à la main de galettes de tamarin, riz gluant et bananes. Il s'agit d'un des plus beaux moments de notre voyage, nous en avons pris plein les yeux que nous soyons petits ou grands !

A cheval dans les montagnes d'Asie centrale

Souvenir de Lucas, développeur web et amateur de savoirs inutiles.

L’Asie centrale est un continent qui évoque tant d'images magiques. Les steppes, les yourtes, les cavaliers, le lait fermenté... Les promesses de dépaysement et de rencontres inattendues. Largement de quoi piquer ma curiosité et celle de mes amis avec qui nous avons décidé de partir à la découverte d’un pays aux nombreuses… syllabes ! À nous le Kirghizistan !

Sur les conseils d'Assel, notre agente locale, nous avions prévu de traverser le col de Tchon-Kemin à cheval sur deux jours accompagnés de deux guides et d'un cuisinier. Très rapidement nous avons quitté les chemins balisés pour nous retrouver avançant en pleine montagne. Pas un être humain à la ronde et un paysage à couper le souffle, de mélèzes et de prairies fleuries recouvrant les pentes.

Le voyage ne fût pas de tout repos, entre les rivières à traverser, certains flancs de montagnes raides et les rumeurs sauvages de la nuit. Mais quel sentiment de plénitude incroyable lorsque nous avons finalement franchi le col et atteint une vallée nouvelle. Pour couronner le tout, grâce à une logistique incroyable, deux voitures, seules au bout d'un chemin de terre, nous attendaient pour continuer notre périple avec cette fois-ci des chevaux mécaniques.

Lever du soleil à Pico do Arieiro

Souvenir de Marine, UX Designer et illustratrice de ses meilleures expérience de randonnées.

Partis à 6h du matin de la maison d’hôte de Carlos, notre agent local, nous sommes déposés au sommet du Pico do Arieiro pour attendre le lever du soleil. Le petit déjeuner préparé par l'hôte nous aide à contenir notre impatience face au paysage aérien.

En quelques secondes le soleil pointe ses premiers rayons et illumine le tapis nuageux. Le paysage montagneux jusque là imprégné de nuances pastel est maintenant saturé de tons mordorés. Ce spectacle haut en couleurs nous procure instantanément une énergie joyeuse pour attaquer une des plus belles randonnées de notre séjour sur l'île. Et probablement l’une des plus belles randonnées de mon existence ! Ce parcours aérien et minéral sur les crêtes nous emmènera jusqu'au sommet de l'île : Pico Ruivo. L’effort de l’ascension combiné à la beauté du paysage m’ont marqués à jamais.

“Il est 19h, je patiente encore”

Souvenir de Clément, directeur de la marque, qui aime voir la terre vue du ciel.

Il est 19h, mais la nuit est déjà tombée, il y a plus de 3h… C’est franchement déstabilisant, mais j’étais prévenu : nous sommes en Laponie suédoise, en plein mois de décembre, et les journées ne comptent que quelques rares heures d'ensoleillement. Mais c’est justement cette pénombre que j’espère la plus totale qui me fait attendre patiemment, à la fenêtre de ma petite cabane en bois. 

Je suis à Kiruna, à 800 km de Stockholm, seul au bord d’un lac entièrement gelé - il y a 80 cm de glace, on me confirme que je peux m’y aventurer sans soucis sauf à certains endroits. Donc... non, je vais plutôt rester à la fenêtre. 

De toute façon, pas besoin d’aller marcher bien loin, ce que j’attends se situe dans le ciel. Encore faut-il qu’il n’y ait pas de nuage, que l’activité magnétique de la planète soit ce soir-là intense et que je regarde du bon côté (ça peut paraitre idiot, mais … ça joue). 

Bref, il est désormais 19h10, il fait -25° dehors quand, tout à coup, le ciel se met à danser. Les -25° sont oubliés et les bords du lac également, je fonce observer ce ciel devenu vert en un instant, étincelant et ondulant comme par magie. Je tremble de froid mais surtout je frissonne car jamais je n’ai eu l’occasion d’observer un tel spectacle. Une nature, pure et déchaînée à la fois. Cette agitation à quelques milliers de kilomètres au-dessus de moi, c’est tout simplement magique. J’observe ces aurores boréales avec une émotion dont je ne pourrais plus me défaire.  

Il est 23h, je rentre me mettre au chaud et n’en reviens toujours pas. J’ai pris 200 photos, 180 sont floues. Pas grave, cette émotion électrique, ce sera mon plus beau souvenir de voyage.

À tous ces instants éternels

Nous sommes convaincus que c’est dans les périodes difficiles comme celle que nous traversons aujourd’hui qu’il est le plus important de nous raccrocher à ces instants de joie, de vie et d’aventure que nous offre le voyage. Ces moments souvent inattendus, que l’on garde en soi, si précieusement. Nous espérons qu’ils auront éclairé votre journée et qu’ils vous auront remémorés vos propres souvenirs.