Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Les monastères perchés du Lori

Le canyon du Debed, avec ses pittoresques falaises basaltiques, est un spectacle en soi lorsque vous pénétrez en Arménie depuis la Géorgie. Au vu des solitudes rocheuses qui le dominent, on aurait du mal à imaginer les joyaux d'art qui s'y cachent. C'est pourtant un circuit épatant que de suivre la route des monastères perchés du Lori. Dominant les canyons de façon aérienne, arborant une architecture aussi austère que majestueuse, ceux qui ont été à travers les âges les garants de l'identité arménienne invitent à la contemplation.

Deux sanctuaires, Sanahin et Haghpat

Eloignés de quelques kilomètres à peine, chacun sur un promontoire du même plateau dominant le canyon du Debed, les monastères de Sanahin et Haghpat font partie des incontournables du pays. Ces monastères médiévaux, élaborés entre le Xe et le XIIIe siècle, sont remarquablement préservés et sont, ensemble, classés à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Ils ont tous deux joués un rôle majeur dans la préservation de la culture arménienne et ont accueilli écrivains, calligraphes, miniaturistes et poètes de grand talent au cour de leur histoire. Vous accéderez au monastère de Sanahin en prenant le télécabine d'Alaverdi puis en marchant depuis le village de Sanahin. Son église principale vous étonnera sans doute par la richesse de ses ornements sculptés : khatchkars et bas-reliefs, chapiteaux, frises, la finesse du décor, en extérieur comme en intérieur, est impressionnante. Il abrita une école de médecine remarquable au XIIe siècle. En redescendant dans la vallée, puis en remontant sur le plateau au niveau du village d'Haghpat, vous trouverez celui qu'on appelle la "perle du Lori". Ce monastère fantastique parait quasiment en aussi bon état aujourd'hui qu'au Moyen-Âge. Centre culturel majeur de l'Arménie de l'âge d'or bagratide, ses dimensions sont remarquablement équilibrées, ses sculptures raffinées. Son espace invite à la sérénité. Vous y trouverez, sur le plan esthétique comme paysager, l'idée même de la mystique arménienne. C'est ici que résida le poète Sayat Nova alors qu'il redevint un grand centre intellectuel au XVIIIe siècle.

Monastère d'Haghpat

Sur la route des nids d'aigle

Le canyon du Debed est un véritable vivier de sites ecclésiaux érigés en harmonie totale avec leur environnement volcanique. A proximité d'Haghpat, le monastère d'Akhtala, dans une vallée affluente, est un superbe complexe du XIIIe siècle dont l'église arbore des fresques remarquables. En remontant la vallée, de superbes découvertes vous attendent, une fois encore perchées sur les contreforts du plateau basaltique, dominant de manière vertigineuse le canyon. Odzoun, village des hauteurs, abrite une magnifique église du VIIe siècle, parfaitement préservée. A 1 km du village se trouve, à flanc de falaise, les très charismatiques ruines du monastère Horomayr. Vous vous demanderez peut-être comment des hommes ont pu venir bâtir des églises et s'établir ici, avec des centaines de mètres de précipices sous leurs pieds ! En redescendant une fois de plus dans la vallée puis en remontant de nouveau, c'est le village d'Ardvi qui abrite un trésor, son monastère de Saint Hovhannes, avec ses deux églises partiellement ruinées qui présentent de belles caractéristiques architecturales, comme son unique "double-basilique". Il y a aussi, tout près d'Ardvi, le monastère de Kobayr, en ruine, avec son abside préservée et recouverte de magnifiques fresques. En poursuivant votre voyage vers Stepanavan, dans les vallée du Dzoraget et de l'Urut, vous trouverez d'autres joyaux encore, telle l'église Saint-Georges de Sverdlov ou les ruines du monastère de Hnevank...      

Eglise d'Odzun

Nicolas Landru
264 contributions
Mis à jour le 16 mars 2016