Compensation des émissions CO2 estimées
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Que faire ?
  • Quand partir ?
  • Comment voyager autrement ?
Ecosse

L'Ecosse aujourd'hui : être ou ne pas être independants ?

"Dites OUI à l'indépendance"

Sur fond de pétrole et de crise économique, l'indépendance de l'Ecosse enflamme les débats sur place. Pour vous aider à y voir clair parmi les enjeux et les opinions, voici quelques informations sur la situation en Ecosse.

Vers l’autonomisation

Si l’Ecosse fait aujourd’hui encore partie de la Grande Bretagne, ce n’a pas toujours été le cas. En fait, le terme Royaume-Uni dérive de l’union des royaumes d’Angleterre et d’Ecosse en 1707. Contrairement à l’Irlande, l’histoire du ralliement de l’Ecosse au reste de l’île est moins le résultat d’invasions et de colonisation que d’alliances plus ou moins compliquées et conflictuelles entre rois. Au XXe siècle dans le sillage des indépendances de l’Irlande, de l’Inde, et de la majorité des colonies britanniques, l’idée d’indépendance fait son chemin en Ecosse, et aboutit en 1998 au vote par le parlement britannique du Scotland Act après un référendum qui avait conclu à un avis favorable de la majorité des électeurs. En 1999, le premier parlement écossais tient séance, et le travailliste Donald Dewar devient le premier « First Minister » écossais.

Les enjeux de l’indépendance

Si l’idée d’indépendance provient des désirs d’émancipation des colonies, celle de l’Ecosse est moins humaniste, ses raisons étant plus politiques et économiques en particulier que libertaires. En effet, l’Ecosse est devenue pour l’Angleterre, et surtout dans la tête des anglais les moins socialistes, un fardeau économique, du fait du taux de chômage élevé. Mais c’est sans compter sur les ressources pétrolières massives de l’Ecosse, qui poussent d’un côté les nationalistes écossais à vouloir le contrôle total de leurs ressources, et les britanniques comme le Premier Ministre David Cameron à soutenir fortement le « non » au référendum sur l’indépendance qui a eu lieu en septembre 2014.

L’indépendance en suspens

Contre toute attente et au grand soulagement de David Cameron qui se serait vu obligé de démissionner dans le cas contraire, les écossais ont finalement répondu "non", faisant le choix de la sécurité plutôt que du changement en restant membre du Royaume-Uni et donc de l’Europe par la même occasion. Dans le cas contraire, l’état aurait dû revoir tous ses accords internationaux, avec le reste de l’Europe en particulier, si comme on peut le supputer la nouvelle Ecosse indépendante avait fait le choix de rester dans l’Union Européenne.

Les conséquences politiques

La victoire du "non" a été pour le Premier Ministre écossais Alex Salmond un vif échec qui l’a contraint à démissionner de son poste en novembre 2014. Il a laissé la place à Nicola Strugeon, première femme Premier Ministre de l’Ecosse depuis la création du parlement écossais en 1999.

Nicola Sturgeon

Sturgeon comme Salmond sont membres du Scottish National Party, que l’on peut décrire dans les grandes lignes comme social-démocrate et nationaliste au sens où il milite pour l’indépendance de l’Ecosse. Les prochaines élections générales, qui détermineront l’identité du prochain First Minister comme la majorité au parlement écossais se tiendront en mai 2016. En attendant, l'indépendance de l' Ecosse est remise aux calendes grecques, si elle a jamais lieu.

Claire Perrin
115 contributions

Idées de circuits

rejoindre un groupe
  • Exploration
Trek itinérant sur l'île de Skye en petit groupe
Env. 8 jours à partir de 2 000 €
  • Découverte
Road trip et randonnées : le grand tour de l'Écosse en 15 jours
Env. 15 jours à partir de 2 400 €
  • Exploration
Road trip sur la North coast 500 et les Orcades
Env. 8 jours à partir de 2 400 €