Mon espace personnel

A la découverte des villages de l'Oural

Difficiles d’accès, inconnus des voyageurs, ces endroits se laissent découvrir par ceux qui cherchent à sortir des sentiers battus. Carnet de notes ou de croquis en main, vous pourrez découvrir ces villages et les coutumes locales.

La vie au village

Une fois le bus arrêté, les pieds posés à terre, on se sent comme coupé du monde dans ces petits villages où le temps semble s’être arrêté. Les maisons (isbas) sont toutes de bois, et selon la région, leur architecture varie. Pour la plupart habitées par les anciens, certaines ne sont pas occupées toute l’année puisque de nombreux Russes les gardent comme maisons secondaires (appelées datcha).

La vie au village est la même partout, on s’attelle au potager en été, et on fait de nombreuses conserves pour avoir de quoi manger l’hiver. On s’occupe des champs, des bêtes et l’on prend soin de sa maison. Les intérieurs des isbas sont rustiques et authentiques, entre le plancher de bois, le poêle, les tapis, et répondent à un même schéma d’agencement, symbole d’une vision du monde. Dans l’Oural, surtout en République de Komi, des habitudes ancestrales ont perduré ; ainsi, nombreux sont les anciens qui parlent le komi, une langue finno-ougrienne. Et dans certains villages extrêmement reculés, certains ne parlent pas le russe.

Intérieur d'une isba

En se promenant, on comprend que la vie ici n’est pas facile. Ces villages semblent isolés du monde, le chômage y est élevé et l’alcoolisme, grand fléau du pays, y est très répandu. La plupart des jeunes ont déserté les lieux pour trouver du travail ailleurs ou faire leurs études.

Malgré cette vie assez rude, on prend toujours plaisir à revenir au village. Les habitants y sont très accueillants et toujours enclins à partager leurs coutumes et à découvrir les vôtres, d’autant plus qu’on ne voit pas souvent d’étrangers dans le coin ! Ainsi, on vous proposera de discuter autour d’un verre ou d’un thé, de découvrir le bania (bain russe), ou de faire griller des chachliki (brochettes).

Le bania

Aller au village sans essayer le bania ? Grave lacune. Car découvrir la Russie, c’est aussi apprendre à connaître la culture locale. Le bania fait partie intégrante de la culture russe et tout le monde y va. Sauna typiquement russe, en bois, on vous le proposera à toutes les occasions : pour vous détendre, prendre votre bain, ou tout simplement passer un bon moment entre amis. Par plus de 60°C, le corps transpire des litres (forcément, on est juste à côté du poêle, sans cesse alimenté !) et cela est très sain pour l'organisme. Pour une relaxation encore plus intense, on vous proposera de vous masser avec des brindilles de bouleau trempées dans de l’eau tiède. Cela peut paraître effrayant de prime abord, mais c’est en fait très apaisant !

Préparation des branches de bouleau pour le bania

Si vous désirez un voyage hors des sentiers battus, retrouvez-vous dans un village de Russie, vous en ressortirez dépaysé !

Marie Cavalié
28 contributions
Mis à jour le 10 avril 2015