Mon espace personnel

Machico, le port des amants échoués

Une autoroute conduit désormais à Machico depuis Funchal : les 20 km qui séparent les deux villes principales de l’île peuvent être parcourus en un quart d’heure, ce qui présente un avantage certain pour les habitants, mais nuit un peu, selon moi, au charme de la découverte du littoral…

Une plage, un port, un fort, une église…

Sur le sable paressent les baigneurs. Au bout de la plage, le minuscule port de Machico attend les bateaux. Au-delà du port, face à l’océan, vous découvrirez le Forte de Nossa Senhora de Amparo, construit en 1707, qui dessine une forme triangulaire. Derrière ses murs jaunes, des canons tournés vers le large protègent les habitants des assauts des pirates.

Non loin de là, légèrement en retrait du front de mer, l’église Matriz élève son clocher blanchi à la chaux. À l’intérieur, une statue de la Vierge surmonte son maître-autel. Mais vous devrez traverser la rivière Machico pour découvrir la jolie capela dos Milagres, reconstruite au XIXe siècle sur le site d’une chapelle du XVe siècle détruite par une tempête.

Plage de Machico

… et une légende romantique à souhait !

Cette chapelle a été bâtie sur le lieu exact où, dit-on, sont enterrés un marchand anglais du nom de Robert Machim (ou Mac Kean ?) et l’aristocrate (Anne Dorset ?) dont il était amoureux et qu’il avait enlevée, avant de s’enfuir. Chaque année, le 8 octobre, le fragment de la croix de la tombe de Machim, emporté par la mer lors de la tempête de 1803, est porté en procession nocturne jusqu’à la chapelle, en mémoire de ces événements tragiques.

Car les deux amants échouèrent à Machico après avoir été pris dans une tempête, au XVe siècle, et y moururent. Et c’est le récit des survivants de leur équipage qui aurait incité Henri le Navigateur à aller explorer l’île dont ils faisaient la description : Madère !

Cette triste histoire vous inspirera-t-elle un voyage ?!

Marie TSOUNGUI
219 contributions
Mis à jour le 25 février 2016