Mon espace personnel

Lycie, entre Antalya et Fethiye

Cette partie de la côte sud du pays, s'étalant à l'ouest d'Antalya, était connue dans l'Antiquité sous le nom de Lycie. C'est aujourd'hui une région touristique bien développée et très rafraîchissante, grâce à ses montagnes et cédraies ombragées ainsi qu'aux multiples criques dispersées dans la baie d'un bleu turquoise.

Un paradis paisible

Lors de notre périple sur la côte méditerranéenne turque, la baie s'étalant de Fethiye à Antalya nous fût grandement recommandée. N'ayant été que peu emballés par les grandes villes trop touristiques bordant la Mer Egée, c'est avec plaisir que nous avions découvert le charme de Fethiye et des villages alentours. Par ailleurs, le printemps est probablement le meilleur moment pour visiter la région qui peut s'avérer caniculaire en été.

Première étape : Xanthos (capitale de l'ancienne Lycie) et Letoon (haut lieu de culte de la région) qui sont souvent associés, sans doute parce que le premier administrait l'autre dans l'antiquité. Tout près de Kinik, ce double site archéologique fut découvert par un Anglais, Charles Fellow, qui emporta avec lui bon nombre de reliques aujourd'hui exposées au British Museum.

Heureusement pour les touristes que nous sommes, il en reste suffisamment sur place pour satisfaire notre curiosité, comme la Tombe des Harpies, un caveau funéraire "double usage" puisqu'il est situé en haut d'un pilier. 

Selon Homère, Letoon doit son nom à la nymphe Leto, mère d'Artemis et d'Apollon suite à une infidélité de Zeus, qui se serait réfugiée près de son ruisseau en tentant d'éviter la colère d'Hera (la femme de Zeus). Réservée au culte païen pendant l'antiquité, l'UNESCO procède aujourd'hui à la rénovation de ses temples (au nombre de 3, dédiés à Leto et ses enfants). Plusieurs artefacts découverts sur place sont par ailleurs exposés au musée de Fethiye qu'il est facile de visiter dans la même journée.

Tombe des Harpies de Xanthos, Turquie

Myre, patrie de Saint Nicolas

A l'arrivée de l'Empire Byzantin, la capitale de la Lycie fut transportée à Myre, cité portuaire située au nord de Demre. En dehors du théâtre, les vestiges majeurs de l'époque ont été recouverts par des plaines alluviales lors des crues de la rivière. Le reste des temples comme celui d'Artémis doivent leur disparition à Saint Nicolas, évêque de la région (et inspiration majeure du Père Noël) qui lutta contre le paganisme local, entrainant progressivement le désintérêt puis la destruction des temples. Connu pour avoir protégé les habitants de la Lycie et les avoir sauvés de la famine, une église portant son nom fut construite près de Demre. Celle-ci est devenue un lieu de pèlerinage ainsi qu'un monument touristique prisé au fil du temps. A savoir malgré tout, ses restes ont été volés puis transportés en Italie, le sarcophage exposé est donc vide mais le monument reste extrêmement bien conservé. 

Une zone éco-touristique 

Bien d'autres villes et villages peuvent être visités lorsque l'on marche sur les traces d'Alexandre le Grand en Lycie, cependant il est important de soulever l'effort écologique déployé à Ölüdeniz (transcription littérale : mer morte, puisque ses eaux sont calmes). Cette station balnéaire proche de Fethiye marque la jonction entre la mer Egée et la Méditerranée... C'est également l'une des plages les plus photographiées d'Europe.

Elevée au rang de réserve naturelle et interdite de constructions, son eau turquoise et son sable blanc font le bonheur des touristes comme de la faune environnante. Amateurs ou néophytes en plongée, Ölüdeniz est un lieu incontournable pour explorer les fonds marins. Et si d'aventure la mer ne vous tente pas, il est également possible de s'envoler en parapente depuis le Mont Babadag pour l'admirer en prenant de la hauteur ! 

Elodie Arnouk
43 contributions
Mis à jour le 12 août 2015