Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le site antique d’Éphèse, d’un temple à l’autre

Vous avez lu quelque part qu’Éphèse était un port, et vous vous retrouvez étrangement à plusieurs kilomètres de la mer ? Ne vous inquiétez pas : depuis l’âge d’or du site, à l’époque hellénistique, le littoral a progressivement reculé, si bien que le site antique se trouve maintenant à 7 kilomètres de la mer Égée ! Comptez une journée entière pour le visiter : le site est très étendu, et les vestiges nombreux.

Une cité antique exceptionnellement bien conservée

Confortablement chaussé et équipé d’un chapeau, entamez la visite du site d’Éphèse tôt le matin, surtout si vous êtes passionné d’archéologie et d’histoire ancienne. Vous ne serez pas seul, mais je suis certaine que vous ne serez pas non plus déçu…

La ville se développa à l’embouchure du fleuve Caystre et devint un port important sur la mer Égée, commerçant avec tous les ports de la Méditerranée. Elle conserve des époques hellénistique et romaine le tracé en damier de ses rues, que l’on peut encore emprunter aujourd’hui, ainsi que de nombreux monuments : un théâtre, un odéon magnifique, un stade, des thermes, la bibliothèque de Celsus (si je devais ne retenir qu’un monument de ma visite, ce serait celui-ci), plusieurs temples (de Domitien, d’Hadrien…), des villas…

En hommage à la belle Artémis

Malheureusement, du célèbre temple consacré à Artémis, il ne reste que quelques maigres vestiges : une colonne reconstituée pour donner au visiteur une idée de sa hauteur, et des fragments épars. Ce temple, construit et reconstruit à plusieurs reprises à partir du VIIe siècle avant J.-C., était considéré comme la septième Merveille du monde. Il était en effet particulièrement grand et somptueusement orné de bas-reliefs attribués aux sculpteurs grecs Skopas et Praxitèle.

Ce sont peut-être ces ornements qui ont suscité les convoitises et conduit à sa destruction ? Toujours est-il que ses pierres soutiennent depuis lors d’autres monuments célèbres, comme l’église Sainte-Sophie de Constantinople, devenue mosquée.

Fragment d'une statue de l'Artémis d'Éphèse

À Éphèse, le culte de la déesse Artémis revêtait des aspects spécifiques : protectrice de la fertilité, elle était associée à la déesse-mère phrygienne Cybèle et représentée le buste couvert d’ornements ressemblant à des seins, immédiatement reconnaissables. Si vous prenez le temps de visiter le très riche musée du site, vous pourrez en admirer une magnifique statue… À moins que vous ne préfériez paresser à l’ombre de la bibliothèque de Celsus, en compagnie des nombreux chats qui peuplent les lieux…

Marie TSOUNGUI
219 contributions
Mis à jour le 4 janvier 2016