Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Sur les îles Brijuni, en compagnie de Tito !

En 1983, les îles Brijuni (ou Brioni) ont été classées Parc national de Yougoslavie (avant la proclamation de la république de Croatie en 1990). C’est que l’archipel, dont seules les deux principales îles peuvent être visitées, offre un cadre magnifique et abrite une végétation variée, admirablement préservée. Vous pourrez d’ailleurs faire le tour de Veli Brijun à vélo ou à pied…

Veli Brijun, en plein renouveau touristique

La traversée de Fazana à Veli Brijun ne dure qu’une quinzaine de minutes. Arrivé sur l’île, vous constaterez à quel point le tourisme se développe, en particulier à l’intention des visiteurs aisés : quatre hôtels au style historique et trois villas (sur la côte ouest de l’île) hébergent ceux qui veulent passer quelques nuits dans l’archipel, un golf occupe le nord de l’île, un musée d’archéologie est aménagé dans une citadelle du XVIe siècle, un petit train touristique vous propose une visite commentée…

Mais, si les commentaires permettent de mieux comprendre l’histoire de l’archipel, tout à fait passionnante, vous apprécierez peut-être de découvrir l’île plus paisiblement, à votre rythme. Pour cela, une randonnée ou une excursion à vélo est idéale. Vous découvrirez alors les vestiges d’une villa romaine du Ier siècle avant notre ère, et surtout les traces d’une histoire plus récente, celle de la deuxième moitié du XXe siècle, à l’époque de Tito et de la Yougoslavie…

Une histoire originale, ni à l’ouest, ni à l’est

L’archipel de Brijuni, ou tout au moins son île principale, est occupé depuis plus de 2 000 ans. Les colonnes romaines qui se dressent encore, à une trentaine de minutes de marche au sud de votre point d’arrivée, témoignent magnifiquement de cette époque. L’église Saint-Germain, qui présente aujourd’hui des reproductions de fresques istriennes médiévales, et la citadelle du XVIe siècle illustrent pour leur part la civilisation médiévale et de la Renaissance, particulièrement florissante dans l’Adriatique. Les îles Brijuni étaient à cette époque également des étapes appréciées sur les routes maritimes méditerranéennes.

Vestiges romains à Brijuni

Ce sont les mêmes raisons qui ont convaincu Tito de s’installer à Brijuni : des paysages et une végétation exceptionnels, la proximité continentale, à la croisée des routes orientales et occidentales, et surtout l’insularité, qui lui permettait de recevoir en toute tranquillité les chefs d’état venus aborder avec lui les orientations du groupe des pays non-alignés (ni sur la politique du bloc de l’Ouest, ni sur celle du bloc de l’Est, en pleine période de Guerre froide). Pour finir votre découverte des îles Brijuni, ne manquez pas l’exposition Tito, aménagée à proximité de l’hôtel Karmen ! Vous y découvrirez aussi quelques visages de stars mondiales...

Marie TSOUNGUI
219 contributions
Mis à jour le 22 février 2016