Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Hasankeyf, la splendeur éphémère

Le trajet pour arriver à Hasankeyf est magnifique. Une sensation d'isolement, de liberté, d'émerveillement arrivent au visiteur dès les premiers instants. La rivière Tigre creuse inlassablement son passage. Elle dessine les courbes des falaises couronnées par des constructions troglodytes alors que les champs autour sont envahis par des moutons se déplaçant lentement. Bienvenue à Hasankeyf, splendeur éphémère.

Si vous voyagez en Turquie et que vous avez un peu de temps pour explorer ce superbe pays et sortir des chemins touristiques tous tracés, Hasankeyf sera l'une de vos plus belles surprises. Si cette ville est une destination touristique pour les Turcs habitant aux alentours, elle reste cependant assez peu visitée par les étrangers. Premier point positif donc, votre visite vous semblera bien plus authentique ainsi. De plus, la ville n'a pas subi beaucoup de transformations depuis un certain temps et reste donc très traditionnelle, entourée d'une nature enchanteresse en toute saison. 

Une ville et de nombreux sites archéologiques

Avant même d'aller faire une visite de la ville, vous rencontrerez sur votre chemin le Mausolée de Zeynel Bey, construit en 1473 et au style rappelant l'Asie centrale, se fondant donc très bien dans le paysage. Vous pourrez après cela vous diriger vers le fleuve Tigre se faufilant au pied de la falaise qu'il façonne depuis des millénaires. Vous allez ensuite pénétrer dans un petit hameau vous conduisant vers un pont survolant le fleuve et longeant les ruines du précédent pont, un des plus impressionnants de son époque, construit au XIIe siècle par les Turkmènes Artukides et s'étant effondré au milieu du XVIIe siècle. Avant de traverser le pont, si vous en avez envie, vous pourrez vous asseoir sur des tapis dans une sorte de yourte confortable surplombant le fleuve et la ville.

Une fois dans les petites ruelles de Hasankeyf et le marché traversé, vous pourrez visiter la Mosquée al-Rizq construite au XVe siècle et très bien conservée. Vous aurez déjà l'impression de marcher dans le passé.

A présent, il ne vous reste qu'à explorer la Citadelle de pierre. Ne suivez pas le chemin traditionnel, car même s'il n'y a pas trop de touristes empruntant la route habituelle, ce chemin caché est bien plus aventureux, bien plus en accord avec l'esprit du lieu. En contournant l'entrée principale par la gauche et en longeant la vieille ville (à visiter aussi avant ou après) vous arriverez aux pieds des falaises et trouverez une famille servant du thé au milieu de ce paysage onirique, à ciel ouvert. A partir de là vous verrez des flèches rouges, taguées sur la roche. Cela peut sembler étrange comme conseil mais suivez ces flèches ! Elles vous feront traverser le canyon formé par les pierres et vous guideront jusqu'à leurs sommets où vous pourrez admirer toutes les constructions troglodytes, le Tigre, la vieille ville et vous serez seul, entouré de nature. De loin une des visions les plus phénoménales que j'ai eu la chance de voir.

Au sommet d'Hasankeyf

En redescendant vous pourrez finalement errer dans les quartiers de la vieille ville où vous croiserez d'autres mosquées centenaires, et diverses ruines, ainsi que des locaux extrêmement amicaux.

Un patrimoine en péril

Toutes les merveilles dont je viens de vous parler, tous ces trésors archéologiques, toutes ces ruines, ce magnifique paysage, ces lieux de cultes, ces lieux où les gens vivent depuis des centaines d'années, tout, absolument tout va être détruit, engloutit par les eaux que fera monter le barrage de d'Ilısu.

Une histoire riche et millénaire (que l'on peut faire remonter avant le Xe siècle, voyant se succéder la domination des Byzantins, des Musulmans, des Artukides, des Ayyoubides, des Mongols, des Aq Qoyunlu, de l'Empire Ottoman et enfin de la République de Turquie) est en passe d'être annihilée. 

De plus, ce barrage signifie aussi le déplacement de 60 000 personnes, vivant dans la zone devenant prochainement le "bassin". Les locaux sont d'ailleurs en train de réoccuper les sites troglodytes en signe de défit aux autorités. Les manifestations se succèdent mais l'Etat ne bouge pas, au moins jusqu'à maintenant. 

Dépêchez-vous donc, accourez voir ce lieu magnifique et si vous en avez la force faites ce que vous pouvez pour empêcher la destruction de ce paradis sur terre.

Silvia Garcia & François Vioud
54 contributions
Mis à jour le 11 août 2015