Mon espace personnel

La côte sud, un mélange d’authenticité et de modernité

Alors que le Monténégro est une destination touristique en plein développement, on distingue cependant une évolution à deux vitesses, entre authenticité et modernité. D’abord entre l’arrière-pays et la côte mais également, et c’est le plus flagrant, au sein d’un même lieu. Les contrastes sont parfois saisissants !

Des traditions bien présentes

Les Monténégrins sont un peuple majoritairement montagnard, rural et maritime vivant de la culture de leurs propres terres, des quelques élevages dans l’arrière-pays et de leur pêche dans les eaux de l’Adriatique. Certains d’entre eux se rendent sur les marchés des villes pour échanger et vendre leur production.  

Dans cette région du sud du Monténégro, à la frontière albanaise, le constat d’un monde à deux vitesses est indéniable et surprenant, mettant parfois mal à l’aise. Dans la campagne et la ville d’Ulcinj, les charrettes sont encore utilisées pour le transport des marchandises et apparaissent même sur les panneaux de signalisation à côté des tracteurs.

Signalisation à Ulcinj

Les femmes vêtues d’un fichu blanc démontrent leur appartenance à la religion musulmane mais surtout leur mode de vie et leur investissement aux champs et à la maison. Elles sont très peu nombreuses dans les rues le soir, laissant place aux hommes sur les terrasses des cafés.

L’ambiance méridionale se ressent à travers l’architecture de la ville, en circulant dans les ruelles aux façades dépareillées parfois délabrées, et au brouhaha de la vie quotidienne des habitants.

La religion musulmane, contrairement au reste du pays à grande majorité orthodoxe, surprend par le respect rigoureux de la pratique religieuse. En dînant dans un restaurant de la ville d’Ulcinj, lors d'un séjour au Monténégro, on observe avec étonnement un arrêt momentané du service à l’appel du muezzin. Dans le paysage de la côte Sud, les minarets des mosquées ont remplacé les clochers des églises orthodoxes.

Le boom touristique

Depuis une petite dizaine d’années, le tourisme est en plein essor au Monténégro et principalement sur toute la côte adriatique. Ce secteur d’activité florissant attire un bon nombre d’habitants à se convertir pour faire du tourisme la part la plus importante de l’économie du pays.

En se promenant le long de la côte Sud, on note un écart entre la nonchalance des locaux et l’effervescence engendrée par le rythme de l’activité touristique. Les professionnels du tourisme monténégrins et albanais se sont adaptés aux besoins de la clientèle et proposent des structures allant du kebab du coin de la rue à la chic chambre d’hôtes dans la vieille ville surplombant la mer. Alors que les hôtels touristiques fleurissent et s’agrandissent, les vieilles villes d’Ulcinj et de Bar peinent à se reconstruire suite au tremblement de terre de 1979. Tout comme les routes pour y accéder sont partiellement bitumées et les signalisations peu fréquentes.

Le détail qui marque tout de même l’attention lors d’une escapade sur la côte Sud, est le fort usage des téléphones portables par les habitants et la redondance des magasins de téléphonie parmi les échoppes locales, signe du contraste entre authenticité et modernité.

Mon conseil pratique

Pendant votre séjour au Monténégro, n’hésitez pas à vous installer en terrasse et à commander un café turc, il s’agit du meilleur endroit pour s’imprégner de cette ambiance si dépaysante. Une journée peut suffire à la découverte de la ville d’Ulcinj et une demi-journée pour la ville de Bar. Enfin pour profiter de la mer, pensez à rajouter un jour de plus à votre étape.

Morgane Mahé
24 contributions
Mis à jour le 15 janvier 2016