Mon espace personnel

L’ambiance si dépaysante de la Côte Sud

S’aventurer sur la côte Sud, c’est s’immerger dans une nouvelle culture bien différente de celle découverte auprès des Monténégrins du nord de la côte adriatique et des montagnards. A chaque région, sa spécialité et son lot de découvertes…

Un paysage différent

Route unique reliant le lac de Skadar à la côte Sud

En laissant le lac de Skadar derrière nous, la surprise est grande en découvrant que les montagnes laissent la place à une vaste plaine s’étirant jusqu’à la côte adriatique que l’on aperçoit à l’horizon. Les usagers de l’unique route transversale sont autant des véhicules que des troupeaux. De part et d’autre de cette route, des champs à perte de vue sont parfois parsemés d’habitations construites avec tout genre de matériaux. En se rapprochant de la ville, les monuments s’apparentent à la pratique religieuse musulmane et non plus orthodoxe ainsi qu’aux coutumes orientales : minarets, mosquées et hammam.

Dans cette région aussi, le contraste entre modernité et tradition est fort et dépaysant. Tiraillé entre le développement économique boosté par l’activité touristique et le maintien des modes de vie respectant les coutumes, la côte Sud du pays est une terre de contrastes imposant une ambiance si dépaysante.

Forte présence de l’Albanie

Peuplée à 90% d’albanais, la côte Sud du Monténégro est réputée pour son ambiance dépaysante et contraste par rapport au reste du pays. En effet, l’arrivée dans cette région se remarque par une modification du paysage mais également par la culture des habitants. Alors que la langue monténégrine est similaire au croate, bosniaque et serbe, la langue albanaise n’a, quant à elle, absolument rien de slave et admet des sonorités jusqu’à présent jamais entendue dans le pays. De même, plus petit, trapu avec un faciès plus marqué, le physique des Albanais diffère de celui des Monténégrins qui sont d’ailleurs réputés pour être un peuple de grande taille. Ce peuple, accueilli et installé depuis des siècles sur les terres monténégrines, donne l’impression d’être moins accessible et plus difficile à côtoyer.

A l’image des villes méridionales, les centres des villes de Bar et d’Ulcinj ont les mêmes caractéristiques. L’urbanisme est façonné de manière aléatoire, intégrant aux ruelles étroites des échoppes anciennes et boutiques modernes, celles-ci animées par le vrombissement des mobylettes et voitures de l’ex-Yougoslavie. En plein cœur de la ville d’Ulcinj, le grand marché Zelena rassemble des marchands, souvent habillés de tenues traditionnelles, vendant fruits, légumes et produits fermiers aux femmes tentant de négocier les prix.

Mon conseil pratique

Lors de votre séjour au Monténégro, cette étape dans la région peut provoquer un sentiment d’insécurité se justifiant par le net changement d’atmosphère par rapport aux autres régions (plus touristiques) du pays. Si c’est le cas, préférez vous loger sur la riviera de Bar et partez pour la journée pour sentir cette ambiance qui mérite tout de même d’être vécue.

Morgane Mahé
24 contributions
Mis à jour le 8 avril 2016