Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Faune et sciences : le Svalbard

A  la découverte de quelques spécificités de l'archipel du Svalbard : une faune unique et une activité scientifique remarquable.

La faune du Svalbard

Pendant votre voyage en Norvège, vous croiserez sûrement le long de la route, dans les fjords ou les forêts, de nombreux animaux plus sauvages les uns que les autres. Au Svalbard, la faune est sensiblement plus imposante que les innocents renards, rennes ou autres lièvres puisque l’animal emblématique de l’archipel n’est autre que l’ours polaire, tout de blanc vêtu !

Vous ne manquerez pas de remarquer que la sécurité n’est, à ce propos, pas un vain mot puisque toutes les sorties en-dehors de la ville (Longyearbyen) ne peuvent se faire sans la présence d’un guide muni d’une arme à feu afin de pouvoir prévenir une éventuelle attaque. S’ils sont rares, les accidents mortels arrivent encore de temps à autres…

Les ours

Les ours ne sont pas les seuls présents au Svalbard puisque vous pourrez croiser également des morses, des orques ainsi que de nombreuses espèces endémiques de ces latitudes. Chacune de ses rencontres sera l’occasion de créer des souvenirs inoubliables !

La science au Svalbard

Si vous voyagez à travers la Norvège pour en savoir plus sur les mystères de la science, il est fort à parier que vous sauterez dans le premier avion à destination du Svalbard pour venir, vous aussi, explorer quelques lieux mythiques de la région.

Si l’endroit le plus connu est la réserve mondiale de graines (située à Longyearbyen), de nombreuses stations internationales sont présentes dont deux françaises : la base Charles Rabot dans le village et la base Jean Corbel.

Un autre lieu emblématique est le village de Ny-Ålesund, localité la plus au nord du monde, ancien village minier et désormais station de recherche internationale dotée de son propre aéroport, de son propre port et du bureau de poste le plus septentrional au monde ! Petite particularité : l’usage du protocole bluetooth y est interdit dans un rayon de 20 kilomètres à la ronde...

Cedric Tinteroff
144 contributions
Mis à jour le 13 janvier 2016