Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Histoire du Monténégro : une jeune république balkanique

République récente, l’histoire du Monténégro n’en est pas moins mouvementée, comme celle de ses pays voisins qui formaient jusqu’à il y a peu la Yougoslavie. Des populations grecques puis celtes et romaines l’occupent dès le VIe siècle av. J-C. Les tribus slaves commencent à s’y installer dès la fin du VIIe siècle ap. J-C. Aujourd’hui, l’avenir du plus petit état balkanique tant en superficie (13 812 Km²) qu’en population (moins de 700 000 habitants) est fortement lié à celui de l’Union Européenne.

De l’Antiquité à l’Empire Ottoman

Sous la domination romaine, le Monténégro fait partie de la province d'Illyrie. Quand les Serbes s'installent dans la péninsule balkanique au cours du VIIe siècle, la région forme alors une principauté dépendante du royaume serbe et prend le nom de Zéta. S’enchaînent ensuite une période entre indépendances et mises sous la tutelle des différents royaumes serbes qui se succèdent au Moyen-âge avant que le pays ne tombe finalement sous la mainmise de sultanat ottoman à la fin du XVe siècle.

La domination ottomane

En 1499, le Monténégro dépend officiellement de l’autorité ottomane, après près d’un siècle de résistance. La dynastie des Crnojević se réfugie à Cetinje, au centre du pays, qui devient ainsi la capitale du Monténégro. La région côtière est abandonnée aux Turcs mais la tutelle se relâche au cours du XVIe siècle.

En 1702, les populations musulmanes sont massacrées. Suite à ce massacre, le tsar de Russie, Pierre le Grand, conclut une alliance avec le Monténégro pour lutter contre les Turcs à qui il vient de déclarer la guerre.

En 1852 Danilo II réussit à repousser les attaques ottomanes grâce à l’aide de l’Autriche. En 1859, une commission internationale délimite les frontières du Monténégro. Après de nouvelles attaques, c’est finalement le prince Nicolas Ier qui réussira à repousser définitivement les Turcs et à faire reconnaître les frontières et l’indépendance du pays en 1878.

Le Monténégro au XXe siècle : en route vers l’indépendance

Après l’indépendance de 1878, le Monténégro devient une monarchie souveraine sous l’autorité du roi Nicolas Ier. En 1905, ce dernier élabore une Constitution et met en place un Parlement avant de proclamer en 1910 la naissance du « royaume du Monténégro ».

Le Monténégro combat aux côtés des Alliés durant la première guerre mondiale. A l’issue de celle-ci, alors que l’Empire ottoman se dissout, le Monténégro devient un territoire du Royaume de Serbie avant de rejoindre le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes qui devient le Royaume de Yougoslavie en 1929.

Le pays est occupé par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. Lorsqu’ils se retirent en 1944, les partisans communistes prennent le contrôle : la République Socialiste du Monténégro devient alors une des républiques fédérées de la République Fédérale Populaire de Yougoslavie, puis à partir de 1963, sous Tito, de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. A la fin des années 1990, les pays membres de la Yougoslavie réclament leur indépendance, entraînant de nombreux conflits dans la région.

En 2002, les Accords de Belgrade prévoient de mettre fin au nom de Yougoslavie pour celui des États de Serbie-et-Monténégro. Quatre années plus tard, motivé par un désir d’intégration rapide dans l’Union Européenne, le Monténégro devient indépendant suite à un vote par référendum.

Le drapeau du Monténégro, adopté en 2004

Le parlement adopte dans la soirée du 3 juin 2006 une résolution proclamant officiellement l'indépendance du pays et deux jours plus tard, c’est la Serbie qui proclame à son tour son indépendance, reconnaissant ainsi le Monténégro qui devient le plus petit état des Balkans.

Le 22 juin, le Monténégro devient le 5e état membre de l'OSCE. Le 28 juin, il est admis en tant que 192e état membre de l’ONU. Le 15 décembre 2008, le pays dépose officiellement sa demande de candidature à l'Union Européenne. Les efforts sociaux et économiques se poursuivent toujours à l’heure actuelle en vue d’une adhésion prochaine…

Stéphanie Charbit
94 contributions
Mis à jour le 11 septembre 2015