Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?
Covid-19 Evaneos vous informe
Suisse

L'histoire de la Suisse en quelques mots

C’est en 58 avant Jésus-Christ que les Helvètes sont mentionnés dans La Guerre des Gaules de Jules César. Mais c’est à la fin du Moyen Âge que la Suisse devient une création politique dans un contexte de développement économique et démographique européen.

En 1291, les communautés d’Uri, de Schwyz et de Nidwald, représentant les trois vallées, resserrent leur union par un pacte d’alliance, document que les Suisses considèrent comme l’acte de naissance de la Confédération.Au noyau primitif des trois vallées, s’agrègent une série de territoires qui portent l’alliance à huit cantons au XIVe siècle, avec Lucerne, Zurich, Gloris, Zoug et Berne.

L’expansion de la Confédération à partir du XVe siècle

C’est au XVe siècle que la Confédération se développe : les huit confédérés nouent des alliances avec leurs voisins. L’expansion territoriale se fait aussi par des conquêtes militaires, entre 1403 et 1460. Ces territoires deviennent des pays-sujets ou bailliages, propriétés d’un seul canton ou communs à plusieurs. La Confédération apparaît comme une puissance militaire redoutable, mais fait encore partie de l’Empire allemand, sous le nom de Ligue de la haute Allemagne.

L’empereur Maximilien Ier veut resserrer son emprise sur la Confédération à la fin du XVe siècle, sans résultat : les Suisses sont victorieux en 1499. L’empereur reconnaît dès lors l’indépendance de fait de la Suisse et signe la paix de Bâle (1499).

Au XVIe siècle, la Suisse étend son territoire au Tessin et au sud des Alpes. Mais la défaite militaire de Marignan (1515) marque un tournant. La Confédération cesse d’intervenir directement dans les affaires européennes et signe une paix perpétuelle avec la France (1516).

Les enjeux religieux et politiques suisses du XVIe au XVIIIe siècles

À partir de 1519, le protestantisme se diffuse en Suisse depuis Zurich, par Ulrich Zwingli. La question du régime religieux des bailliages communs conduit à une guerre civile de 1529 à 1531. La Réforme s’étend en pays romand. À Genève, Calvin établit une théocratie jusqu’à sa mort en 1565.

Lors de la guerre de Trente Ans, la Suisse reste à l’écart. Le « Defensional de Wil » (1647) marque la première formulation de la neutralité armée de la Confédération suisse.

En 1648 (Paix de Westphalie), la Suisse obtient la reconnaissance de l’indépendance totale des cantons vis-à-vis de l’Empire et en 1712, la guerre de Willmergen permet aux réformés d’obtenir la liberté de religion pour les bailliages communs.

La Révolution française a des échos dans les cantons suisses. En 1798, les villes vaudoises se soulèvent contre Berne et proclament la République lémanique, mais cette dernière est vite occupée par les Français. Le pays est réorganisé : la République helvétique est centralisée, découpée en circonscriptions administratives et gouvernée par un Directoire sous domination française. Puis, suite aux luttes entre fédéralistes et centralisateurs, les troupes françaises se retirent.

La Suisse contemporaine

Au XIXe siècle, la neutralité et l’inviolabilité de la Suisse sont garanties. Un certain essor économique se manifeste grâce à l’industrie et au tourisme.

Une lutte naît entre conservateurs et radicaux de 1841 à 1847. Les radicaux vainqueurs réorganisent la Suisse par la Constitution du 12 septembre 1848, qui laisse une large autonomie aux cantons. Le pays est doté d’un conseil fédéral de gouvernement, d’un conseil national et d’un conseil des États élus au suffrage universel. La Confédération s’occupe des affaires étrangères, de l’armée, des douanes, des postes et de la monnaie.

En 1874, la Constitution est révisée avec l’introduction du droit de référendum complété en 1891 par le droit d’initiative populaire en matière constitutionnelle.

Le Traité de Versailles de 1918 confirme la neutralité suisse. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le développement économique s’accentue, avec des entreprises comme Nestlé à dimension internationale.

Aujourd’hui, la Suisse compte huit millions d’habitants sur ses vingt-six cantons et dispose d’une économie performante, accès sur le tertiaire et l’industrie. Le pouvoir exécutif est confié au Conseil fédéral et le pouvoir législatif à 2 assemblées : le Conseil national (députés du peuple) et le Conseil des États (députés des cantons) ; ces deux Assemblées forment l’Assemblée fédérale.

Fribourg

Latéfa Faïz
306 contributions
Mis à jour le 5 avril 2016
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage