Mon espace personnel

Tester le plongeon polaire en Antarctique

Vous rêvez de tester une aventure hors du commun ? Pourquoi ne pas faire comme moi et tester le plongeon polaire en Antarctique ?

Une aventure hors du commun

Il y a des aventures qui paraissent surréelles, infaisables et mêmes complètement folles. Ce sont souvent celles qui nous attirent le plus, pour repousser nos limites, pour danser sur un fil dangereux et bien sûr pour trouver un peu d'adrénaline. Nager en Antarctique, tester le plongeon polaire est définitivement une de ces aventures hors du commun. Et c'est une aventure que l'on vous offrira lors d'une croisière en Antarctique. Il y a de fortes chances que l'on vous propose de faire le grand saut dans l'océan Austral au niveau de la Péninsule Antarctique. Il y a de fortes chances que la majorité du bateau dise non et ne saute pas. Mais il y a aussi de fortes chances qu'il y ait quelques âmes téméraires à bord... en ferez-vous partie ?

Un plongeon polaire, c'est comment

L'eau avoisine les 0°C. Lorsque j'y étais, elle était environ à 0,5°C et des petits blocs de glace flottaient aux alentours de la plateforme de saut. Le saut se fait habillé, en maillot de bain ou nu, mais sachez que le moins vous aurez de vêtements, le moins vous aurez froid en sortant. J'ai choisi l'option bikini pour mon plongeon polaire. En sortant en peignoir, un vent glacial s'engouffra partout. Je descendais rapidement les marches, on m'attacha à une cordelette et ni une, ni deux, je sautais. Une sensation de suffocation et de 10 000 épingles vous traversant le corps, avant de ressortir le plus rapidement possible et de prendre une douche chaude. Après cela, c'est un vrai bien-être et une euphorie qui vous envahiront le temps de quelques heures.

Les eaux de l'Antarctique

Et la sécurité ?

La cordelette est là pour votre sécurité durant ce plongeon polaire et l'équipe vous aidera à sortir si vous n'y arrivez pas vous-même. Vous ne courez aucun risque si vous restez environ 10 secondes dans l'eau. A partir d'une minute, cela devient beaucoup plus critique. Un nageur anglais, Lewis Pugh, a nagé 30 minutes dans ces eaux en 2005, sans problèmes de santé, mais il reste une exception.

Alors, prêt pour le grand saut ?

Lucie Aidart
57 contributions
Mis à jour le 14 mars 2016