Destinations
Top destinations au Moyen-Orient
Autres destinations au Moyen-Orient
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Eric et Yvan, cofondateurs d’Evaneos : “2020 a accéléré la transformation du voyage”

Par Evaneos, le

Nous voici au terme d’une année 2020 qui a déroulé au fil des mois un scénario complètement fou, celui d’une épidémie que l’on croyait saisonnière et locale devenue pandémie mondiale. Cette crise sanitaire a profondément bouleversé le monde en général et le secteur touristique en particulier. Comment les cofondateurs d’Evaneos ont-ils traversé cette période ? Quels enseignements en tirent-ils ? Interview en toute transparence.
Un coupe de voyageurs avec leur guide local à cheval dans la forêt au Costa RicaUn coupe de voyageurs avec leur guide local à cheval dans la forêt au Costa RicaUn coupe de voyageurs avec leur guide local à cheval dans la forêt au Costa RicaUn coupe de voyageurs avec leur guide local à cheval dans la forêt au Costa Rica

Nous avons demandé à Eric La Bonnardière et Yvan Wibaux, cofondateurs d’Evaneos, de nous parler de la façon dont ils avaient vécu 2020, des réponses qu’ils veulent apporter aux voyageur.ses au sortir de la crise et de nous décrire dans quel état d’esprit ils abordent 2021. Voici leurs sentiments et leurs réflexions :

Comment avez-vous vécu cette année 2020, en tant que professionnels du voyage mais aussi en voyageurs passionnés que vous êtes ?

Yvan : Il s’est passé tellement de choses cette année ! Au niveau personnel, ce qui a été difficile, c’est de ne pas avoir pu voyager. Pour moi, de façon générale, le voyage est une ouverture, une capacité à rêver. Et là, le fait de ne pas pouvoir voyager s’est ajouté aux restrictions sanitaires, limitant énormément nos possibilités d’évasion. 

Yvan Wibaux et Eric La Bonnardière, cofondateurs d'EvaneosYvan Wibaux et Eric La Bonnardière, cofondateurs d'EvaneosYvan Wibaux et Eric La Bonnardière, cofondateurs d'EvaneosYvan Wibaux et Eric La Bonnardière, cofondateurs d'Evaneos
Yvan et Eric, cofondateurs d'Evaneos.

En tant que chefs d’entreprise, nous nous sommes tout de suite dit qu’il fallait que nous ayons la capacité de réagir rapidement et de saisir cette opportunité pour développer d’autres choses. Il y a eu 2 phases : 

  • Une première phase avant l’été où nous étions en mode réactif. On a l’habitude des crises dans le tourisme et donc notre priorité a été de penser à nos voyageur.ses qui étaient sur place et à tous ceux qui allaient partir. Les équipes d’Evaneos se sont immédiatement mobilisées pour rapatrier les voyageur.ses et aider les autres à reporter leur voyage.

  • Une seconde phase où nous avons vu que la crise allait durer. Il a alors fallu prendre du recul pour préparer le futur et engager des décisions difficiles sur le plan humain, notamment en réduisant la taille de notre équipe.

Tout cela s’est fait avec une conviction forte : faire en sorte qu’après la crise, nous ayons la capacité de rebondir, nous soyons présent avec notre concept de voyage responsable que nous portons depuis plusieurs années, promoteur de valeurs humaines qui font toute la différence. Donc, pour nous, la crise a accéléré les tendances de fond et positionne Evaneos de la meilleure façon pour être un acteur majeur de cette transformation.

Artisans vietnamiens fabriquant des objets en osierArtisans vietnamiens fabriquant des objets en osierArtisans vietnamiens fabriquant des objets en osierArtisans vietnamiens fabriquant des objets en osier

Eric : Cette année a en effet été absolument imprévisible, un véritable tsunami qui a bouleversé le monde sur tous les plans, humain d’abord mais aussi social et économique. Il y a eu tellement de personnes affectées par la maladie mais aussi par les conséquences économiques de la crise sanitaire, les effets psychologiques des confinements…

En tant qu’entrepreneur, j’ai pu mesurer la capacité de résilience de l’entreprise que nous avons créée. Je crois plus que jamais à sa pérennité sur le long terme et au fait que notre projet répond à un besoin qui va probablement croître : celui de faire des voyages qui ont du sens, des voyages qui transforment. Et après la Covid, je pense que ce besoin sera encore plus fort chez les voyageur.ses. Donc aujourd’hui, je suis optimiste quant au futur. 

Sur le plan personnel, j’avais prévu cette année de faire pas mal de voyages. Depuis la création d’Evaneos il y a 10 ans, ce devait être l’année où j’allais le plus voyager avec mes enfants, maintenant qu’ils sont en âge de le faire. Et je n’ai pas eu la bonne intuition de prévoir tout ça [rires]. Malgré ça, j’ai quand même réussi à aller au Maroc en février et en Egypte à la Toussaint, deux magnifiques voyages où nous avons bénéficié de sacrés opportunités car il n’y avait personne sur les sites. Des expériences avec une vraie vision locale, où nous avons été hyper bien accueillis par des gens avec qui nous avons pu nouer des liens et grâce à qui nous avons pu voyager différemment. De beaux moments de lumière et d’évasion dans cette période si compliquée.

Eric avec des pêcheurs sur le Nil en EgypteEric avec des pêcheurs sur le Nil en EgypteEric avec des pêcheurs sur le Nil en EgypteEric avec des pêcheurs sur le Nil en Egypte
Eric en compagnie de deux pêcheurs, pendant son voyage en Egypte.
Felouque sur le Nil en EgypteFelouque sur le Nil en EgypteFelouque sur le Nil en EgypteFelouque sur le Nil en Egypte
Une felouque sur le Nil en octobre 2020.

Je voulais aussi souligner que nous avons reçu beaucoup de témoignages positifs et d'encouragements de la part des agences comme des voyageur.ses. Dans l’ensemble, ils et elles se sont senti.es soutenu.es par les équipes Evaneos pendant cette crise, notamment pour le report des voyages qui n'est pas un sujet facile, qu’il a fallu expliquer. La majeure partie de notre communauté a fait preuve d’une forte solidarité envers Evaneos et nos agences locales qui avaient besoin de ces reports pour envisager le futur. Nous tenons à les remercier chaleureusement pour leur soutien. Et nous recevons à présent beaucoup de messages de voyageur.ses qui disent “J’ai envie de voyager, je trépigne !” Cela nous rend très optimistes car dès que ce sera possible, il y aura beaucoup de voyageur.ses qui viendront réserver auprès de nos agences locales qui n’attendent que ça.

Edoardo, agent local Evaneos en OugandaEdoardo, agent local Evaneos en OugandaEdoardo, agent local Evaneos en OugandaEdoardo, agent local Evaneos en Ouganda
Edoardo, agent local Evaneos en Ouganda
Sabina, agente locale Evaneos en OuzbékistanSabina, agente locale Evaneos en OuzbékistanSabina, agente locale Evaneos en OuzbékistanSabina, agente locale Evaneos en Ouzbékistan
Sabina, agente locale Evaneos en Ouzbékistan

Globalement, cette crise a engendré une profonde remise en cause de nos modes de vie, qu’il s'agisse des relations sociales, du rapport à la Nature, de la façon de consommer… Quelle est la réponse d'Evaneos aux nouvelles attentes de voyageuses et des voyageurs ?

Eric et Yvan : En effet, cette crise accélère la prise de conscience sur les dérives de nos modes de consommation, y compris dans le voyage. L’un des fondements d’Evaneos est de proposer un concept qui permet de voyager de manière plus responsable, de mieux répartir les bénéfices économiques du tourisme dans les destinations locales, de promouvoir un tourisme moins invasif, d’aller plus à la rencontre, en immersion au sein des populations locales, de comprendre et d’apprendre, bref, de voyager avec du sens. Tout ce qu’on a construit jusqu’à maintenant va se développer de façon exponentielle après la crise car c’est précisément ce à quoi aspirent les voyageur.ses de demain.

Nous avons donc accentué nos efforts dans ce sens tout au long de l’année 2020, autour de plusieurs grands axes : 

  • renforcer le rôle des agences locales et développer les économies locales,

  • approfondir le travail sur l’offre de voyages afin qu’elle soit plus alignée avec ce que souhaitent les voyageur.ses (aller moins loin et mieux découvrir les destinations) tout en suivant notre objectif de proposer un voyage positif pour l’ensemble des parties prenantes, à savoir l’environnement, les voyageur.ses et les agences locales.

Nous avons également décidé de mesurer notre impact en se dotant d’outils solides :

  • des scores pour garantir l'alignement de l'ensemble de nos partenaires locaux  avec nos ambitions de qualité, d'impact positif local et de satisfaction client.

  • la certification B Corp, référence internationalement reconnue rassemblant une communauté d’acteurs qui travaillent dans le même sens (Patagonia, Les 2 Vaches, Ulule…), selon des critères très précis et exigeants qui nous obligent à progresser.

Dans quel état d’esprit abordez-vous 2021 ? Quels sont à vos yeux les signes porteurs d’optimisme ?

Eric : Au moment où nous parlons, il y a déjà des signes positifs sur le fait qu’on puisse voyager à nouveau, notamment à Noël, ce qui nous rend d’autant plus optimistes pour le printemps et l’été prochains. Mon conseil aux voyageur.ses, c’est d’aller s’informer, notamment sur le site Evaneos et auprès de nos agences locales. On compte actuellement 55 pays où il est déjà possible de voyager. Ce n’est qu’un début et on pourra, nous l'espérons, voyager partout une fois que le vaccin aura été déployé en Europe et que les destinations accepteront les voyageur.ses européen.nes sur leur sol. 

Un ranger dans un parc animalier africainUn ranger dans un parc animalier africainUn ranger dans un parc animalier africainUn ranger dans un parc animalier africain

J’aborde l’année qui vient comme une page blanche sur laquelle il faut écrire une nouvelle histoire pour Evaneos, pour les voyageur.ses, pour les agences locales. Cette page blanche est un espace de liberté qui va nous permettre d’aller plus vite sur nos projets, d’améliorer encore nos services, nos outils, de faire voyager les gens encore mieux et de les faire réfléchir sur les raisons de voyager. 

Peut-être que le temps de préparation des voyages va être un peu plus long parce qu’on ne saura pas toujours si on peut y aller, si on doit y aller. Cette attente peut créer une forme d’excitation et permettre d’aborder différemment son voyage, non plus comme une commodité mais comme un moment exceptionnel. C’est aussi une opportunité pour créer une relation plus empathique avec les agent.es locaux.ales qui vivent des situations difficiles du fait de l’absence de touristes mais qui ont aussi la possibilité de créer des expériences encore plus fortes, encore plus hors des sentiers battus dans ce contexte. 

Group of tourists in Tolar GrandeGroup of tourists in Tolar GrandeGroup of tourists in Tolar GrandeGroup of tourists in Tolar Grande

Yvan : Je pense que le plaisir de voyager va être beaucoup plus fort après un an sans avoir pu bouger. La magie du voyage va être décuplée par rapport à d’habitude, l’envie d’inconnu et la curiosité vont être plus que jamais présentes l’année prochaine. Il y a aussi toute la réflexion que nous menons autour du voyage responsable que je trouve vraiment passionnante. Cela va nous permettre d’améliorer la qualité des voyages que nous proposons, de renforcer le rôle des agences locales en tant que têtes chercheuses d’activités que recherchent les voyageur.ses et qui donnent au voyage ce côté magique.

Un homme en arrière-plan d'un essaim de papillonsUn homme en arrière-plan d'un essaim de papillonsUn homme en arrière-plan d'un essaim de papillonsUn homme en arrière-plan d'un essaim de papillons

Il va aussi falloir être attentif à de nouveaux éléments devenus importants aux yeux des voyageur.ses : la sécurité sanitaire, les conditions de rapatriement en cas de fermeture d’une destination, la possibilité d’annuler son voyage, de changer de destination. Le cadre du voyage est en train d’évoluer et les gens vont de plus en plus avoir besoin de partir avec un partenaire de confiance.

Pour finir, quels voeux souhaitez-vous adresser aux voyageuses et aux voyageurs de la communauté Evaneos pour cette année 2021 ?

Eric : D’ores et déjà, une bonne année 2021, meilleure que 2020 bien sûr et avec plus de voyages. Que 2021 soit une année de rebond personnel pleine d’énergie. Que chacun puisse trouver dans les voyages cette respiration nécessaire qui me paraît si vitale. Pour reprendre une expression du moment, il me semble que le voyage est un bien de première nécessité qui, je l’espère, sera de nouveau accessible. Je souhaite à tout le monde d’être curieux et de découvrir le monde, que ce soit à côté de chez soi ou très loin, sans culpabilité.

Yvan : Pour moi, 2020 a été une année de contraintes, de fermetures alors je souhaite à toutes et tous une année 2021 pleine d’ouverture et de liberté. Profitez de l’année prochaine pour vivre et voyager car le voyage est une formidable source d'énergie.