Actualités Destinationstoutes les dernières infos
Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le Sénégal en famille avec les Parisianavores

Par Les Parisianavores, le

Si l’on dit du Sénégal qu’il est le pays de la Teranga, de l’hospitalité, c’est aussi et surtout le pays des enfants. En Afrique, on aime à dire qu’il faut un village pour élever un enfant. Nul besoin de se demander si le Sénégal est une destination kids friendly, ici, les enfants sont le cœur du pays et des villages.
Un enfant de dos observant un groupe de personnes au bord d'une rivièreUn enfant de dos observant un groupe de personnes au bord d'une rivièreUn enfant de dos observant un groupe de personnes au bord d'une rivièreUn enfant de dos observant un groupe de personnes au bord d'une rivière

À seulement 5h de vol de Paris et une petite heure de décalage horaire, le Sénégal offre un dépaysement total avec grandes plages paradisiaques, villes historiques, brousse, mangroves, réserves naturelles, désert… Et bien plus encore pour Anaïs, Oumar et leurs 3 enfants ! Voici leur récit en 3 étapes :

  • La préparation de notre voyage en famille au Sénégal

  • 5 bonnes raisons d'aller au Sénégal avec des enfants

  • Notre bilan de ce voyage

La préparation de notre voyage en famille au Sénégal

Nous voyageons avec nos trois enfants depuis leur plus jeune âge. En réalité, nous n’avons jamais cessé de voyager malgré et avec eux. Ça a évidemment changé nos voyages mais nos enfants nous apportent une connexion plus simple, directe et naturelle avec les locaux. Lors de ce voyage au Sénégal en février 2022, nos enfants ont 3 ans, 5 ans et 8 ans.

Un voyage de mémoire, à la découverte de nos racines familiales

Nous réalisons deux grands voyages par an, ce voyage au Sénégal avec nos enfants était pourtant particulier. En effet, leurs grands-parents ont quitté leur village sénégalais, à l’est du Sénégal pour atterrir à Aubervilliers il y a 40 ans. Il y a donc un bout de Sénégal dans leur sang et dans nos cœurs que l’on retrouve chez mes beaux-parents, à travers le thiep de mamie Cissé, et les telenovelas sénégalaises. Mon conjoint, Oumar, s’est déjà rendu deux fois au Sénégal, la dernière il y a 19 ans. Il y est donc retourné cette fois en tant que père avec ses enfants, sur les traces de ses parents.

La famille des Parisianavores lors de leur voyage au SénégalLa famille des Parisianavores lors de leur voyage au SénégalLa famille des Parisianavores lors de leur voyage au SénégalLa famille des Parisianavores lors de leur voyage au Sénégal

Comment nous avons préparé notre voyage au Sénégal

J’adore rechercher des informations en amont d’un voyage, je le fais d’ailleurs bien avant de trouver la destination. Ce sont ces informations glanées qui me permettent en temps normal de choisir où nous nous rendrons pour nos futurs voyages.

J’échange toujours avec mes enfants pendant la création de mon itinéraire, cela permet de les investir dans le voyage, de leur donner quelques repères sur le lieu où nous nous rendons. On en profite souvent pour acheter un livre pour enfant sur le pays en question… Nous en avions déjà quelques-uns dont Aujourd'hui au Sénégal, Bocar (de Fabrice Hervieu, Gallimard Jeunesse) qui raconte le quotidien d’un petit Sénégalais de 12 ans qui vit à Dakar. On adore aussi Le taxi-brousse de Papa Diop (de Christian Epanya, Syros Jeunesse) qui nous projette dans les aventures d’un taxi-brousse reliant Dakar à Saint-Louis. J’en profite aussi souvent pour lire moi-même un livre d’une autrice du pays. J’ai lu Celles qui attendent de Fatou Diome (Flammarion).

Sur le web, je consulte évidemment beaucoup les blogs mêlant récits et informations pratiques. Pourtant, je me suis très vite aperçue que les informations sur le Sénégal n’étaient pas foisonnantes, a fortiori dès lors que l’on souhaitait sortir des sentiers battus. Enfin, il y a l’étape des vaccins, que nous avions déjà faits, et le traitement anti-palu.

Notre itinéraire de trois semaines au Sénégal

Pour ce voyage au Sénégal, nous désirions découvrir les contrastes du Sénégal, en termes de reliefs, de climats, de populations mais aussi de tourisme. Je m’étais déjà rendue au Sénégal il y a de très nombreuses années en suivant un circuit classique. Cette fois, je voulais montrer l’ambitieuse et dynamique Dakar, la tristement historique île de Gorée, la touristique Petite Côte, les terres ocres du Sénégal Oriental à la frontière du Mali et de la Guinée et le grenier du Sénégal qu’est la Casamance. Si les guides et internet fournissent des informations assez précises sur la région entre Dakar et le Sine Saloum, il est bien difficile d’avoir des éléments à propos des transports, du temps de trajet et de recueillir des informations pratiques sur le Sénégal oriental. C’est pour cela que nous avons fait appel à l’agence locale d’Abou sur le site Evaneos. Après plusieurs échanges pour comprendre ce que nous désirions voir et la manière dont nous aimions voyager, Abou nous a créé un itinéraire d’une semaine dans le Sénégal oriental.

Nous avons ainsi débuté notre voyage avec le circuit réalisé avec Abou qui nous a menés de Dakar à la région de Kédougou puis jusqu’en Casamance où nous avons débuté la seconde partie de notre voyage. Nous avons enfin terminé en remontant vers Dakar (circuit de la Petite Côte).

Abou
L’agence de
Abou

Spécialiste des circuits hors des sentiers battus & famille au Sénégal
223 avis

Cinq bonnes raisons d’aller au Sénégal avec des enfants

Pour vivre la Teranga

La Teranga, c’est l’hospitalité, l’accueil, et c’est véritablement un art de vivre au Sénégal. C’est vraisemblablement le voyage où nous avons rencontré le plus de gens, nous avons eu l’occasion d'échanger avec un nombre incalculable de personnes et tissé de nombreux liens, ce qui a fait toute la particularité de ce voyage. Avec des enfants, ce sens de l’hospitalité est a fortiori encore plus agréable car tout devient plus simple…

Enfants jouant dans l'eauEnfants jouant dans l'eauEnfants jouant dans l'eauEnfants jouant dans l'eau

Pour observer les animaux dans leur milieu naturel

Le Sénégal offre une faune et une flore incroyables avec des possibilités infinies d’apercevoir des animaux dans leur milieu naturel. Près de 350 espèces d’oiseaux au coeur du parc national des oiseaux du Djoudj, des rhinocéros, zèbres, girafes, buffles, élans de Derby, oryx, crocodiles et de nombreux singes dans la réserve de Bandia et dans le parc du Niokolo Koba, des dauphins, lamantins, buffles, pélicans, phacochères en Casamance. Un émerveillement journalier pour petits et grands d’arpenter les ruelles aux côtés de zébus, biquettes et poules…

Une girafe dans la réserve de BandiaUne girafe dans la réserve de BandiaUne girafe dans la réserve de BandiaUne girafe dans la réserve de Bandia
Des enfants observant un rhinocéros lors d'un safari dans la réserve de BandiaDes enfants observant un rhinocéros lors d'un safari dans la réserve de BandiaDes enfants observant un rhinocéros lors d'un safari dans la réserve de BandiaDes enfants observant un rhinocéros lors d'un safari dans la réserve de Bandia

Pour les plages paradisiaques de la Casamance et de la Petite Côte

La Petite Côte et la Casamance offrent de magnifiques plages sauvages aux grandes étendues de sable. Un terrain de jeu quasi infini pour les enfants avec le spectacle de la plage qui s’anime quand le soleil descend : les habitants qui viennent laver leurs chevaux, leurs chèvres et leurs vaches, un match de football sur la plage, un concert improvisé…

Enfant marchant sur une plage au SénégalEnfant marchant sur une plage au SénégalEnfant marchant sur une plage au SénégalEnfant marchant sur une plage au Sénégal

Pour se mettre en mode Slow Life

S’il est vrai qu’il est difficile de s’y faire dès l’arrivée depuis Paris, il faut bien le dire, une fois que l’on prend le rythme sénégalais, on voit bien qu’il est bien davantage adapté aux enfants que notre rythme effréné. Ici, on prend le temps et ça fait du bien.

Groupe d'enfants dans un village sénégalaisGroupe d'enfants dans un village sénégalaisGroupe d'enfants dans un village sénégalaisGroupe d'enfants dans un village sénégalais

Et parce qu’ici, les enfants sont rois

Au-delà de l’accueil remarquable des Sénégalais, il est fort appréciable de voyager avec des enfants dans un pays où l’on ne se sent pas gêné dès que notre enfant pleure. Au Sénégal, les enfants sont rois, on ne leur reproche pas d’exister dans leur entièreté bien au contraire… On nous a souvent dit "Non, laissez-les, pas de problème, ce sont des enfants". À chaque étape, nos enfants ont joué avec les enfants du village, c’est réellement ce qui a rythmé et marqué ce voyage pour nos enfants. Des copains partout, avec l’impression de pouvoir jouer en liberté et en autonomie.

Notre bilan de ce voyage au Sénégal en famille

Un voyage qui bouscule nos idéaux, notre normalité, nos préjugés

Nous avons tous les cinq adoré ce voyage. Ce fut évidemment un voyage très spécial pour nous mais je pense qu’il le serait pour tout le monde.

Anaïs, Les Parisianavores

Au-delà des paysages qui détonnent avec ce que nous connaissons en France, tout n’est que contrastes avec notre vie quotidienne : nos valeurs, notre système de pensée, nos habitudes. Même le temps semble ici différent. Ce dépaysement nous permet de prendre de la hauteur sur nos vies quotidiennes, sur ce que nous prenons pour acquis et sur ce qui nous semble normal et inchangeable. C’est un voyage qui bouscule nos idéaux, nos préjugés, nos stéréotypes, notre normalité. Pour le meilleur.

3 enfants se promenant dans un village de cases au Sénégal3 enfants se promenant dans un village de cases au Sénégal3 enfants se promenant dans un village de cases au Sénégal3 enfants se promenant dans un village de cases au Sénégal

Ici, la famille a un autre sens, comme on le dit “il faut un village pour élever un enfant” et c’est comme ça que les enfants sont élevés ici et c’est aussi avec un village que l’on accompagne les personnes âgées… La laïcité offre également un autre visage que celui que nous connaissons en France. Trois religions cohabitent au Sénégal et au sein de petits villages de quelques cases, on compte près de 20 jours fériés pour que chaque membre de ces trois religions puisse rejoindre sa famille lors des fêtes.

Un pays qui se vit

Parce que le Sénégal est surtout un pays de rencontres et de visages, il ne se montre pas, il ne se raconte pas, mais il se vit. Pour chacun de nous, le Sénégal ce sera désormais des prénoms et des visages de personnes que nous avons rencontrées à chaque étape et qui incarnent notre voyage. Le tailleur de bois de l’île de Carabane en Casamance, Seydou qui nous a guidé et motivé jusqu’en haut du superbe village d’Iwol, Moussa Keita le chef du village d’Iwol, Balingo, la mémoire vivante de l’ethnie Bassari, Alpha qui a créé une école de couture pour jeunes filles à Afia, le petit Djibril qui ne nous a pas quittés à Cachouane en Casamance et son adorable maman Aminata. C’est un voyage de rencontres et de sens, qui se goûte et se respire.

Mains d'un sculpteur sur bois sénégalaisMains d'un sculpteur sur bois sénégalaisMains d'un sculpteur sur bois sénégalaisMains d'un sculpteur sur bois sénégalais
Coiffure traditionnelles sénégalaiseCoiffure traditionnelles sénégalaiseCoiffure traditionnelles sénégalaiseCoiffure traditionnelles sénégalaise

Un voyage qui nous a permis de mieux connaître l’histoire de nos enfants

Le Sénégal et la France sont reliés depuis longtemps, pour et par le meilleur et le pire. Ce voyage, même sans mes beaux-parents, nous a permis de découvrir d’où ils venaient, quel était leur quotidien, leur environnement avant leur arrivée en France. Nous avons également rencontré pour la première fois le frère de ma belle-mère, sa femme et leurs enfants. Cette rencontre à la fin de notre voyage m’a bouleversée. Ce voyage m’a fait comprendre le déracinement qu’ont vécu mes beaux-parents quittant la chaleur de la terre ocre, tous leurs codes, leurs normes, leurs familles pour le bitume et une vie de dur labeur loin de leurs racines. C’est dans ce village que nous reviendrons car c’est ici que nous terminons la maison de mes beaux-parents pour qu’ils puissent enfin retrouver leur terre.

Retrouvez les aventures des Parisianavores ici.