Actualités Destinations
Compensation Carbone 100%
Destinations
Top destinations en Amérique centrale
Autres destinations en Amérique centrale
Top destinations en Amérique du Nord
Top destinations en Amérique du Sud
Autres destinations en Amérique du Sud
Top destinations au Moyen-Orient
Top destinations en Océanie
Autres destinations en Océanie
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

10 animaux à observer en Équateur : où, quand, comment ?

Par Johann Chabert, le

En 2022, l’Équateur est le premier pays à reconnaître des droits juridiques aux animaux sauvages. Une décision importante pour la sauvegarde d’une biodiversité unique au monde. Des hauts plateaux aux pentes des volcans, des forêts tropicales aux eaux cristallines des Galapagos, on vous a sélectionné 10 espèces emblématiques de la faune équatorienne et on vous explique où et comment aller à leur rencontre.
Un homme photographiant des otaries sur une plage des GalapagosUn homme photographiant des otaries sur une plage des GalapagosUn homme photographiant des otaries sur une plage des GalapagosUn homme photographiant des otaries sur une plage des Galapagos

Venez, on vous emmène à la découverte des animaux les plus fascinants à découvrir en Equateur :

  • Côté terre

    • Le lama

    • Le colibri

    • Le caïman

    • L'anaconda

    • La tortue géante

  • Côté océan

    • L'otarie

    • L'iguane marin

    • Le fou à pieds bleus

    • La frégate

    • La baleine à bosse

Les espèces à voir en Equateur côté terre

Le lama,  au pied des volcans et dans les hautes terres

Véritable image d’Epinal du monde andin, ce camélidé à la mine toujours renfrognée est présent un peu partout en Équateur, à l’état sauvage ou domestiqué. Les provinces centrales du pays (Bolívar, Chimborazo, Cotopaxi, Pichincha et Tungurahua) abritent la plus grande population en liberté de ce flegmatique animal. Dans le parc de Cotopaxi, vous pourrez croiser lors de votre randonnée des llamingos, une variété de lama de petite taille qu’on ne trouve qu’ici. Avec leurs cousins vigognes et alpagas, les lamas d’Équateur sont élevés par la population locale pour leur laine dont on fait notamment des chapeaux, leur lait et leur viande, ou pour transporter des charges.

Lamas pâturant sur les pentes d'un volcan en EquateurLamas pâturant sur les pentes d'un volcan en EquateurLamas pâturant sur les pentes d'un volcan en EquateurLamas pâturant sur les pentes d'un volcan en Equateur

Le colibri, de la forêt équatoriale jusqu'à la haute altitude

On recense en Équateur près de 120 espèces différentes de colibris, sur les quelque 300 présentes sur la planète. L’une d’entre elles, l’Oreotrochilus chimborazo, a la particularité de pouvoir baisser sa température corporelle jusqu’à 5 degrés, lui permettant de survivre au rude climat andin au-delà de 5000 mètres d’altitude. Son chant est le plus aigu au monde. Le village de Mindo, à moins d’une heure de route de Quito, est un lieu d’observation idéal pour les oiseaux en Équateur, et plus particulièrement pour les colibris dont de nombreuses espèces sont représentées dans la région.

Le caïman, maîtres des eaux à l’est des Andes

Les reptiles ont la part belle en Équateur. On y trouve notamment plusieurs espèces de caïmans, dont le plus représentatif est sans doute le caïman noir, qui peuple entre autres le parc national de Yasuni à l’est du pays. Il peut atteindre jusqu’à 6 mètres de long, ce qui en fait le plus grand prédateur du bassin amazonien. Pour l’observer, vous pouvez vous rendre au parc Yasuni à partir de la ville frontalière de Coca (à 45 minutes de vol de Quito). Faites confiance à Paola et Dorian, nos spécialistes des voyages nature en Équateur, pour vous organiser cette excursion dans les meilleures conditions.

L’anaconda, un géant qui sait se faire discret

S’il est un reptile qui a alimenté les légendes les plus folles, c’est bien l’anaconda, qui lui aussi se rencontre dans le parc national de Yasuni, mais également dans toute la partie amazonienne à l’est des Andes. L’anaconda vert, malgré sa grande taille (jusqu’à 11 mètres tout de même), est plutôt difficile à observer, n’appréciant que très peu la présence humaine. La meilleure façon de faire sa connaissance (à distance raisonnable, bien entendu) est de naviguer en pirogue dans le plus grand silence, par une journée ensoleillée ou encore de nuit, dans des zones à la végétation dense.

Un anaconda sur une branche dans la forêt amazonienneUn anaconda sur une branche dans la forêt amazonienneUn anaconda sur une branche dans la forêt amazonienneUn anaconda sur une branche dans la forêt amazonienne
Gros plan sur une tortue géante mangeant de l'herbeGros plan sur une tortue géante mangeant de l'herbeGros plan sur une tortue géante mangeant de l'herbeGros plan sur une tortue géante mangeant de l'herbe

La tortue géante, en toute quiétude dans les forêts des Galapagos

La tortue géante des Galapagos, comme son nom l’indique, est endémique de l’archipel équatorien. Ce pacifique reptile, qui peut atteindre jusqu’à 1m80 de long et vivre une centaine d'années, est malheureusement en voie d’extinction malgré les nombreux programmes de protection qui tentent de le sauver. On en trouve environ 30 000 individus répartis sur les îles. Si vous avez la chance de vous rendre sur l’archipel pendant votre voyage, vous pourrez en observer sur Santa Cruz, Isabela, San Cristobal ou Española. Marcher au milieu de ces mastodontes dans la forêt tropicale est une expérience tout à fait unique.

Les espèces à ne pas manquer en Equateur côté océan

L’otarie, facétieux compagnon de jeu

L’otarie des Galapagos, parfois appelée lion de mer, est l’un des animaux les plus sociaux que vous pourrez croiser en Équateur. Sur la petite île d’Española, facilement accessible en bateau depuis Santa Cruz ou San Cristobal, la plage de Bahia Gardner est connue pour sa colonie d’otaries se prélassant sur le sable chaud… aux côtés des touristes de passage venus les observer. L’otarie est très joueuse et n’hésite pas à s’approcher pour nager autour des baigneurs et des baigneuses. Attention cependant à ne pas oublier qu’il s’agit d’un animal sauvage qui peut dépasser les 500 kg !

Deus otaris et un pélican sur une plage des GalapagosDeus otaris et un pélican sur une plage des GalapagosDeus otaris et un pélican sur une plage des GalapagosDeus otaris et un pélican sur une plage des Galapagos

L’iguane marin, unique lézard aquatique au monde

La population d’iguanes marins a beau compter 50 000 individus, l’espèce endémique de l’archipel des Galapagos est menacée notamment par la pollution. Bien que nichant sur la terre ferme, il est un nageur hors pair et se nourrit principalement d’algues. Six sous-espèces vivent sur les différentes îles. Petite astuce pour les distinguer : à la saison des amours, entre décembre et avril, les mâles se parent de couleurs chatoyantes, différentes selon les espèces. Les plus colorés, aux tons vert et rouge vif, se rencontrent sur les îles d’Española et de Floreana.

Deux fous à pieds bleus des îles GalapagosDeux fous à pieds bleus des îles GalapagosDeux fous à pieds bleus des îles GalapagosDeux fous à pieds bleus des îles Galapagos
Un iguane marin des GalapagosUn iguane marin des GalapagosUn iguane marin des GalapagosUn iguane marin des Galapagos

Le fou à pieds bleus, oiseau sympathique et facile à approcher

Autre animal emblématique des Galapagos, le fou à pieds bleus est un oiseau des plus pittoresques. Son côté pataud sur terre lui attire la sympathie des humains, mais malheureusement sa nature peu farouche lui vaut d’être capturé facilement. Les fous à pieds bleus ne sont cependant pas en voie d’extinction. On en rencontre de nombreuses colonies principalement sur les Galapagos, mais aussi sur la Isla de Plata, à quelques encablures de la côte équatorienne au sud du pays.

La frégate aux mœurs caractéristiques

Cet oiseau marin observable facilement en Équateur, et principalement dans les Galapagos, est reconnaissable à la poche rouge vif qu’arborent les mâles autour de leur cou pendant la saison des amours. Les frégates ont l’habitude de se nourrir en volant aux autres espèces les poissons qu’ils viennent de pêcher. On les voit planer dans tout l’archipel, mais le plus intéressant est de les observer (de loin) sur leurs sites de nidification, dont les plus importants se situent sur les îles de San Cristobal et Floreana. De mars à juin, la saison des amours varie d’une île à l’autre, et observer les mâles exhibant leur caractéristique poche rouge est donc une question de chance.

Baleine à bosse sautant hors de l'eau au large des côtes de l'EquateurBaleine à bosse sautant hors de l'eau au large des côtes de l'EquateurBaleine à bosse sautant hors de l'eau au large des côtes de l'EquateurBaleine à bosse sautant hors de l'eau au large des côtes de l'Equateur
Gros plan sur une frégate exhibant sa poche rouge vifGros plan sur une frégate exhibant sa poche rouge vifGros plan sur une frégate exhibant sa poche rouge vifGros plan sur une frégate exhibant sa poche rouge vif

La baleine à bosse montre son nez en été

Entre juin et septembre, le grand mammifère marin vient se reproduire et élever ses petits dans les eaux chaudes du Pacifique, au large des côtes de l’Équateur. On compte au large de Puerto Lopez, petit port de pêche à quelque trois heures de Guayaquil, entre 400 et 600 individus par an. Le tourisme d’observation des baleines a permis de développer un programme de conservation et d’identification des individus, et a fait naître une véritable conscience écologique parmi la population locale. Nos agences locales sauront vous organiser des sorties en mer en compagnie de professionnels sachant observer les animaux à bonne distance et respecter leur bien-être.

Bien entendu, ces 10 exemples sont loin de dresser une liste exhaustive des espèces animales que vous pourrez rencontrer en Équateur. Le pays est l’une des nations à la faune la plus riche au monde qu’il tente de préserver de son mieux. Contactez l’un·e de nos experts et expertes locales pour en savoir plus sur la biodiversité équatorienne et co-créer un voyage à la découverte de ces espèces fascinantes.

Questions fréquentes

Quels animaux peut-on voir en Équateur ?

La faune équatorienne est d’une richesse incomparable. Le pays abrite des espèces rares telles que le puma ou le jaguar, spécimens très discrets et difficiles à observer. En revanche, avec plus de 1500 espèces d’oiseaux, plus d’une vingtaine de variétés de singes, des espèces endémiques fascinantes (lamas, tortues géantes, iguanes, etc.), les passionné‧es de voyage naturaliste seront comblé‧es en Équateur.

Où voir des animaux sauvages en Équateur?

Si vous vous baladez entre sommets et vallées andines, vous croiserez lamas, vigognes et alpagas mais aussi des colibris de haute altitude, voire un condor. La forêt équatoriale amazonienne est le royaume des grands reptiles, caïman et anaconda en tête, des singes et de drôles d’oiseaux comme le hoatzin, l’aigle harpie ou le pinson vampire. Sur la côte Pacifique, vous avez rendez-vous avec les baleines à bosses de juin à septembre. Quant aux îles Galapagos, c’est un must pour voir des espèces visibles nulle part ailleurs : iguanes marins, tortues géantes, frégates, fous à pieds bleus, pinsons de Darwin, etc.

Comment observer les animaux sauvages en Équateur ?

Quel que soit l’animal que vous vous apprêtez à découvrir, on vous recommande d’observer les animaux à bonne distance tant pour des raisons de sécurité que pour ne pas altérer le milieu dans lequel ils vivent. On s’interdit également de nourrir ou de toucher les animaux sauvages afin de ne pas perturber leur rythme naturel et éviter de leur transmettre maladies et parasites. Enfin, n’hésitez pas à recourir aux services d’un guide naturaliste recommandé par l’une de nos agences locales pour accompagner vos excursions à la découverte de la faune équatorienne.